EXPO – avec NAART, le Beer Painting débarque à Nantes !

logo NAART
logo NAART

INTERVIEW VIDÉO ET ARTICLE – On connaissait la bière à la pinte. Mais la peinture à la bouteille de bière, ça c’est nouveau. D’un défi de fin de soirée, les deux comparses de NAART ont fait un vrai concept. Qui ne manque pas de culot.

Voilà une idée graphique qui méritait bien une interview… en vidéo !

 
 

NAART interviewé par Kreptonite.com.

Peinte au goulot !

 

Le Beer-Painting va-t-il devenir une nouvelle forme d’art ?

Le duo NAART est l’inventeur de l’expression comme du principe. Et ce n’est pas tout les jours qu’on a l’occasion d’interviewer les inventeurs d’un (peut-être) futur courant artistique ! Le concept ressemble à un défi pour rire, mais pourquoi pas ? Après tout, la démarche correspond aux codes de l’Art contemporain, dans lequel chacun cherche à se différencier par une caractéristique propre.

 

De nombreux artistes (souvent sur-cotés) ont construit une carrière internationale sur un simple « gimmick » ; dans le cas de Buren par exemple (auteur des Anneaux qui illuminent la promenade du hangar à Bananes à Nantes), il s’agit de peindre exclusivement des barres verticales de peinture noire, toujours de la même taille, sur un fond blanc. Et c’est comme ça qu’il est devenu une star du monde de l’Art, commandes juteuses à la clé, de même que ses camarades de l’époque.

Alors, lorsqu’un artiste trouve une idée dont personne ne s’est encore emparé, il a bien raison de jouer le jeu à fond !

Outils de travail
Outils de travail

 

J’aurais voulu être un NAART’iste

 

Évidemment, chacun peut se mordre les doigts de ne pas y avoir pensé avant.

La grosse différence avec les artistes d’Art Contemporain classique, c’est que les deux NAART’istes (s’ils nous pardonnent ce néologisme) restent très cool et ne sentent absolument pas obligés de produire du pseudo-discours intellectuel pour justifier leur démarche.

 

Ce n’est pas chez eux qu’on trouvera des expressions alambiquées du style « Par son geste transgressif, déjouant les attentes du public, l’artiste remet en cause les codes établis pour proposer une redéfinition du paradigme support-surface dans une démarche de transcendance de l’objet utilitaire, ré-imaginé en nouveau médium d’expressivité graphique afin de représenter les icônes populaires issues de l’imagerie sub-culturelle née des musiques urbaines amplifiées à dominante rythmique ». Non.

 

Heureusement, le duo n’est pas du genre à se faire mousser. On n’aura pas mal au crâne en revenant de l’expo. Ou alors, ce sera à cause de la sono qui bastonne du Hip-Hop old school. Mais  on n’aura pas à supporter la pédanterie de certaines galeries d’Art officielles.

NAART a simplement trouvé (sans le chercher) un concept fun, joue avec, se fait plaisir en reproduisant Les Simpsons, Batman, Tupac ou Scarface, et puis c’est tout. Pas besoin de prétexte ni d’alibi intellectuel.

Et ça, c’est bien frais comme on aime.

 

NAART - Homer
NAART – Homer

Expo 2.0

 

Proche de son public, NAART soigne la convivialité autant que l’interactivité.

Les spectateurs sont invités à contribuer via Facebook à des concours pour proposer le sujet d’un portrait. Cette semaine, une jeune Nantaise a donc gagné son portrait de Gainsbourg dessiné à la bouteille. Sympa !

 

Annoncée surtout sur le Net, l’expo brasse déjà du monde dès le premier jour. Sur un mur, un projecteur diffuse la vidéo accélérée des artistes en action, façon speed-painting, au son du Hip-hop qu’ils aiment. Un portrait de Wolverine est en cours de réalisation. Pour l’instant, il s’agit surtout d’un crayonné géant. De temps à autres, Antoine fait une démo et dépose, du bout de la canette, quelques cercles noirs sur le mur blanc.

 

Sur une table, NAART propose aussi déjà des produits dérivés. T-shirts Bart Simpson, bonnets… Marketing quand tu nous tiens ! C’est quand même bien plus sain que de rajouter deux zéros au prix des toiles pour gonfler leur valeur.

 

« Gimme your bonnet, Motherf*cker ! »

Des bulles !

 

Les petits formats sont essentiellement dessinés avec le bord du goulot puis tamponnés avec l’ouverture pour former de petits cercles. 

Forcément, le résultat manque parfois de finesse, la taille du goulot n’étant pas réglable, c’est comme peindre avec le pouce. Le tamponnage de cercles, parfois utilisé plus comme une marque de fabrique (Sur les Simpsons par exemple), fonctionne mieux lorsqu’il est utilisé pour représenter les cheveux bouclés et les zones d’ombres.

visage rouge noir
Un monsieur flippant (avec des rougeurs visiblement)

 

En revanche, sur les grands formats, le procédé distille toute sa saveur, comme sur ce magnifique triptyque de rappeurs qui orne tout un mur. Tout simplement bluffant !

A cette échelle les deux artistes révèlent leur talent pour le portrait et la gestion des ombrages. Oubliés les gros contours, seuls les cercles sont utilisés pour le dessin comme pour le modelé, à l’exception de quelques aplats noirs. Le noir et blanc permet de faire ressortir les volumes et l’originalité de cette technique, bien mieux que sur les toiles en couleurs.

 

NAART à l'Atelier Expo
Trois Rappeurs, un Reggae Man et plusieurs marques de binouze se cachent dans cette photo. Sauras-tu les reconnaître ?

Le mieux, c’est encore de les voir faire en direct. On assiste alors à une vraie performance virtuose et surprenante, qui justifie le déplacement au-delà de la simple curiosité.

 

Pour voir les oeuvres et les NAART’istes à Nantes :

  • L’exposition à l’Atelier Expo (14 rue Joseph Caillé, pas loin de la Tour de Bretagne, à ne pas confondre avec l’Atelier rue Paul Bellamy) dure jusqu’au dimanche 3 avril. Entrée libre.

 

Cet article et cette vidéo vous ont plu ?

Partagez-les avec vos amis !

Vous pouvez également donner votre avis ci-dessous

ou sur notre page Facebook (@KreptoniteBlog) !

 

Liens :
L’adresse Facebook de NAART : https://www.facebook.com/NAART-422504924559958/

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Auteur : Kreposuc

Nantais depuis de nombreuses années, je connais bien ma ville et j'apprécie tout particulièrement sa vie culturelle foisonnante. Curieux, j'aime découvrir de nouvelles choses chaque jour, et, comme je suis assez bavard, j'en profite pour les partager ! Plutôt que de continuer à bombarder mes amis d'articles sur Facebook, je me suis donc dit qu'il serait plus intéressant de créer un blog. Qui sait, il pourrait même être lu et intéresser des gens !

Laisser un commentaire