« Eleven Love Songs », 1er album de Vagina Town

ALBUM – « Eleven Love Songs » est le premier album du groupe de Rock Nantais Vagina Town. Sorti après plusieurs EP (et même une cassette), il pourrait bien sonner l’heure de la reconnaissance pour ce groupe, connu surtout pour son énergie scénique.


« Eleven Love Songs » : Magie vaudou et philtre d’Amour

 

« On a arrêté les drogues… »

…confie le guitariste-chanteur au sujet du titre du nouvel album« Eleven Love Songs » dans  l’interview vidéo accordée à Kreptonite.

En effet les deux disques précédemment publiés par le groupe se nommaient respectivement « LSD » (2011) et « Ecstasy » (2014). Quant aux visuels, ceux-ci représentaient des femmes dénudées, tout en restant peu choquants.

La cassette « Singing Medecine » sortie en 2015 (oui oui, une cassette, en 2015, vous avez bien lu) , parée d’un visuel plus sage, ne faisait déjà plus qu’une référence un peu moins directe aux substances chimiques.

 

« On a préféré revenir à la drogue universelle (l’Amour) »

 

« Eleven Love Songs » continue dans cette tendance plus consensuelle. Son titre somme toute générique pourrait aussi bien être celui d’un disque de Leonard Cohen, de Justin Bieber ou de n’importe qui. Titre choisi « parce qu’on adore l’amour », (dixit Mélissa alias Gina, la bassiste au casque de plumes rouges),

Sa pochette sobre ornée d’un rubis stylisé, n’a absolument rien d’ offensif. Alors que le visuel du CD est d’un jaune très pâle, celui de la version vinyle est orné de fins cercles concentriques :

 

vagina-town-album-eleven-love-songs-kreptonite
Visuel de l’album « Eleven Love Songs », version 33T.

 

L’éventail stylistique d’ « Eleven Love Songs » est plutôt large.

La tonalité générale de l’album est fortement basée sur le rhythm’n’blues, (le vrai, rien à voir avec le « r’n’b » commercial moderne qui ne ressemble à rien, surtout pas à du Blues), et les sons de guitare hard-rock à l’ancienne.

Plongez le tout dans une marmite d’effets sonores trippants, ajoutez une pincée de sons volontairement un peu kitsch. Vous obtiendrez une puissante potion magique apte à faire danser les morts et envoûter instantanément tout auditeur un tant soit peu amateur de rock.

 

Des ingrédients irrésisitibles

On y trouve, pêle-mêle, entre autres ingrédients secrets :

– Des voix rockabilly-gothiques-new-wave venues d’outre-tombe.

– Des rocks péchus (beaucoup), comme le très énervé « Countdown ».

– Du chaos sonore sur fond de tambour tribal (« Hvala »).

– Un interlude country avec des poules en plein trip (« Chicken Space Pie »).

– Une improbable ambiance hawaïenne hallucinée (« Black Hole », le morceau final de l’album).

– Des passages d’orgue héroïque et de guitare hard-rock saturée 70’s teintés d’un soupçon de psychédélisme, qu’on jurerait influencés par Deep Purple, Black Sabbath ou Aerosmith (la deuxième partie de « Milk Milk Milk »).

– Du groove avec le funky « Need Money ».

 

En plus  du son du groupe  tel qu’on peut l’entendre en live (basse/ batterie/ guitare/voix/orgue) , les arrangements s’enrichissent à l’occasion de quelques touches de guitare acoustique, d’un saxophone et d’une boîte à rythmes.

 

« We’ve Got The Magic » premier single extrait de l’album

Pour couronner le tout, « Eleven Love Songs » s’ouvre sur un mini-tube potentiel, l’accrocheur « We’ve Got The Magic » dont le clip a été réalisé par le vidéaste Nantais Charlie Mars.

 

Pour autant, les membres du groupe ne sont pas crâneurs pour un sou.

 

C’est pourquoi Kreptonite recommande chaudement l’achat de cet album ! (voir le lien en fin d’article pour l’écouter en streaming dans un premier temps). Le groupe a en effet bien besoin de soutien pour l’encourager malgré ses difficultés financières.

Certes le son de l’album, meilleur au casque, ne rivalise pas avec les meilleurs productions Américaines. Question de moyens. Il reste également en-deçà du son et de la puissance scénique de Vagina Town en live.

Mais comme ça ne va pas être possible de les inviter à jouer dans le salon, c’est la meilleure façon d’écouter leur musique à volonté !

 

L’album « Eleven Love Songs » (Kithybong) est disponible en CD et 33T .

En savoir plus ?   Interview vidéo + extraits live    Diaporama de la soirée de lancement

 

Cet article vous a plu ?

Partagez-le avec vos amis !

Facebook

Twitter

 

Liens :
Site officiel : http://vagina-town.blogspot.fr
Page BandCamp (pour écouter toutes les productions du groupe) : http://vaginatown.bandcamp.com
Site du label Kythibong : http://www.kythibong.org

Kreposuc

Nantais depuis de nombreuses années, je connais bien ma ville et j'apprécie tout particulièrement sa vie culturelle foisonnante. Curieux, j'aime découvrir de nouvelles choses chaque jour, et, comme je suis assez bavard, j'en profite pour les partager ! Plutôt que de continuer à bombarder mes amis d'articles sur Facebook, je me suis donc dit qu'il serait plus intéressant de créer un blog. Qui sait, il pourrait même être lu et intéresser des gens !